Lettre d’information hebdomadaire N° 204 du lundi 11 avril 2016 

Lettre d’information hebdomadaire N° 204 du lundi 11 avril 2016 

TENDANCE 

Guyane : une économie et un territoire sous tensions 

En marge de la Conférence de coopération régionale, les rencontres avec les milieux économiques guyanais démontrent, s’il en était besoin, que tous les secteurs d’activité rencontrent de sérieuses difficultés illustrées par le décrochage du PIB guyanais par rapport au PIB national (62% en 1993, 49% en 2012).

Au-delà de la crise mondiale, il existe naturellement des causes endogènes, conjoncturelles et structurelles, qui expliquent cette situation.

Le retard dans la mise en œuvre du contrat de plan État/Région tout d’abord, qui impacte fortement la commande publique, notamment pour le secteur du bâtiment et des travaux publics essentiel pour le développement économique du territoire.

 Le niveau dramatique des délais de paiement ensuite. Près de 40M€ dus en ce début d’année 2016 au seul secteur bâtiment/TP par des collectivités exsangues. Dans son rapport sur l’Egalité réelle, Victorin Lurel préconise la mise en place d’un dispositif de type Dailly, mais ce dont les entreprises ont surtout besoin c’est d’un dispositif de portage définitif des dettes des collectivités territoriales pour leur permettre d’être réglées  en temps et en heure…et de pouvoir assurer le paiement des salaires.

Le travail dissimulé enfin, le « job » comme l’appellent les guyanais. Véritable fléau lorsqu’on sait que, selon le président du Medef Guyane Stephane Lambert, plus de 15% des fonctionnaires s’y adonneraient. Et que dire de la réponse consternante d’un haut représentant de l’Etat déclarant que le « job » était certes condamnable mais que c’était aussi un  facteur de régulation et de paix sociale…

Ce qui faisait dire à un entrepreneur désabusé lors de notre rencontre : « ici, la loi ne s’applique qu’à ceux qui la respectent »… » Et qui sont solvables » concluait un autre.

DU COTE DU PARLEMENT

 Monique Orphé amende la loi El Khomry sur ses volets outre-mer (FXG)

La députée socialiste de la Réunion Monique Orphé s’est préoccupée d’adapter  à l’outre-mer le projet de loi El Khomry. Elle a obtenu l’aval des ministres des Outre-mer, George Pau-Langevin, du Travail, Myriam El Khomry, et de la Formation professionnelle, Clotilde Walter, pour que ses amendements connaissent une issue favorable. En tout, la Réunionnaise a déposé une petite vingtaine d’amendements. Devant la commission des affaires sociales, lundi, elle les a retirés mais c’est pour mieux les réécrire et les représenter lors de l’examen du projet de loi, en séance plénière, le 3 mai prochain. Elle assure avoir aussi reçu l’avis favorable de la commission des affaires sociales après avoir fait adopter son rapport à l’unanimité par la délégation outre-mer de l’Assemblée nationale. Son projet principal consiste à remplacer la culture de l’affrontement à la culture du compromis. Elle propose donc de réformer l’article 16 de la loi Perben. Cet article adopté en 1994 ne rend plus automatique l’application des conventions nationales collectives dans les DOM. Le projet de Monique Orphé consiste à prévoir l’applicabilité des accords de branche en outre-mer après un délai et un débat afin d’examiner cette extension sous l’angle du coût du travail. Monique Orphé veut proposer un texte consensuel qui puisse satisfaire les tenants de l’applicabilité automatique et les partisans de la « non automaticité ».

Un autre aspect de la démarche de Monique Orphé concerne la représentativité syndicale, notamment aux Antilles (elle a parlé de « syndicats très politisés« ). Les critères de représentativité des syndicats locaux pourraient s’inspirer de ce qui a été fait à Mayotte depuis juin 2012 où l’on a retenu les critères d’effectifs, d’indépendance, de cotisations, d’expérience et d’ancienneté du syndicat. Monique Orphé devrait aussi présenter des amendements pour la formation des partenaires sociaux qui répondent notamment à la demande des Medef locaux et de la CGPME. Monique Orphé se satisfait que d’ores et déjà la loi El Khomry augmente de 20 % le crédit d’heures pour les représentants syndicaux. Concernant la formation professionnelle pour les chômeurs de longue durée, Monique Orphé propose un « droit opposable à la formation professionnelle« . Myriam El Khomry et Clotidle Walter se disent favorables à une expérimentation.

Concernant les contrats aidés, la députée souhaite que seul Pôle emploi soit prescripteur et non plus les collectivités. Enfin, elle a déposé un amendement pour que des représentants de l’Outre-mer siègent à la « commission de refondation du droit du travail ».

 

GOUVERNEMENT

 

Économie sociale et solidaire dans le département de Mayotte

Le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique et la secrétaire d’État chargée du commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire ont présenté une ordonnance relative à l’économie sociale et solidaire dans le Département de Mayotte.  Si les dispositions de la loi n° 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire sont pour la plupart applicables de plein droit à Mayotte, certaines nécessitent cependant des adaptations de terminologie ou de coordination pour y trouver pleinement effet.

D’autres dispositions sont subordonnées à l’extension de dispositifs législatifs qui relèvent de domaines pour lesquels existent à Mayotte des textes spécifiques faisant obstacle à leur application directe. Il s’agit notamment du dispositif d’agrément comme « entreprise solidaire d’utilité sociale » ou de la création de coopératives d’activité et d’emploi.

C’est pour ces raisons que le Parlement a, par l’article 76 de la loi n° 2015-1268 du 14 octobre 2015 d’actualisation du droit des outre-mer, autorisé le Gouvernement à prendre des dispositions par ordonnance, dans un délai de six mois à compter de la promulgation. Il est estimé que 150 entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS) sous forme d’associations, de coopératives ou de sociétés commerciales respectant les critères de l’ESS pourraient voir le jour dans les trois prochaines années dans des secteurs d’activités diversifiés (aide sociale, services à la personnes, culture, éducation, économie circulaire, agriculture et commerce et transformation alimentaire).

 

 

Manuel Valls sera en Nouvelle-Calédonie du 28 avril au 2 mai.

Le Premier ministre Manuel Valls est attendu sur le Caillou le 28 avril. Cette visite de 4 jours, initialement prévue au mois de mars, avait été reportée en raison des remous suscités par le projet de loi El Khomri sur le travail. Elle intervient à deux ans du référendum sur l’indépendance de la collectivité, et en pleine crise du secteur du nickel, avec un effondrement des cours ces dernières semaines. « La Nouvelle-Calédonie arrive à un moment décisif de son histoire » a-t-il déclaré à l’Assemblée au Député Philippe Gomès et a appelé « tous les mouvements politiques » néo-calédoniens à se « hisser à la hauteur des enjeux » pour qu’ils préfèrent « les discussions politiques, au bon sens du terme (…) aux polémiques médiatiques« .

Concernant le dossier du nickel, « il convient que tous les acteurs soutiennent les opérateurs de ce secteur afin de sauvegarder les investissements et surtout l’emploi« , a-t-il dit, suite aux rumeurs qui ont agité la Bourse de Paris concernant une éventuelle recapitalisation d’Eramet par l’ETAT, maison mère de la SLN. « Le nickel ce n’est pas uniquement des investissements et de l’emploi, c’est d’une certaine manière une partie également de l’identité de votre territoire, son avenir« , a déclaré M. Valls.

 

Guyane : la ministre des Outre-mer annonce un budget annuel pour le conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinengue

 

George Pau-Langevin, en visite de deux jours en Guyane, a annoncé le 31 mars que le conseil consultatif des populations amérindiennes et bushinenge (CCPAB), une entité consultative installée depuis 6 ans « recevra » à partir de 2016 « un financement de 50.000 euros par an« . Ce conseil avait été créé en 2008 sous Nicolas Sarkozy avant d’être installé deux ans plus tard mais éprouvait depuis des difficultés à fonctionner, selon ses dirigeants, faute de moyens propres.

L’annonce a été faite suite à une rencontre avec le conseil et ses représentants de communautés amérindiennes et bushinengue (des descendants d’esclaves « marron », échappés des plantations de l’ex-Guyane hollandaise au 18ème siècle et établis de part et d’autre du Maroni, le fleuve frontière avec le Suriname). Il s’agit de populations qui vivent pour une bonne partie d’entre elles isolées entre fleuve et forêt sans accès terrestre au littoral.

VIE DE LA FEDOM

 

Agenda

 

Dans le cadre du lancement prochain de l’étude sur les surcoûts supportés par les entreprises dans les RUP françaises, la FEDOM sera présente au comité technique (cotech) relatif à l’étude qui se tiendra le jeudi 14 avril à 10h à la DGOM.

 

Conférence économique sur les défis et opportunités pour les collectivités françaises des Amériques

 

La Délégation sénatoriale à l’Outre-mer en partenariat avec les chambres de commerce et la FEDOM ont la plaisir de vous inviter jeudi 19 mai de 9h à 19h au Sénat– palais du Luxembourg- salle Clémenceau pour la conférence économique « Défis et opportunités pour les collectivités françaises des Amériques » : Table ronde 1 : Secteurs structurants traditionnels et dynamiques en marche

Table ronde 2 : Tissu entrepreneurial et moyens de développement des entreprises

Table ronde 3 : L’Europe, un interlocuteur ambivalent

Table ronde 4 : Les enjeux de l’insertion régionale : saisir les opportunités d’un environnement en mouvement

Inscriptions à partir du vendredi 8 avril : http://www.senat.fr/commission/outre_mer/index.html

 

La FEDOM recrute

 

Suite au départ de Philippe Mouchard, recruté au cabinet de Madame Ericka Bareigts comme Conseiller Outre-mer et économie, la FEDOM recherche son Responsable des affaires économiques et fiscales.

Pour en savoir plus, consulter les profils de poste : http://www.fedom.org/la-fedom-recrute/

 

VIE DES ADHERENTS

 

Le MEDEF REUNION sensibilise les élèves au développement durable

A l’occasion de la 6ème édition de la Semaine de l’industrie, la commission Ecole – Entreprise du Medef Réunion a organisé, le mercredi 6 avril, à l’école universitaire de Management, une conférence sur le thème « Le développement durable, un enjeu majeur pour l’industrie« . La manifestation a rassemblé plus de 90 élèves de terminale et première STI2D des lycées Georges Brassens et Jean Hinglo. « Les lycéens ont pu explorer, à la lumière des témoignages des industriels Brasseries de Bourbon, Crête d’Or et Verleo, les nouvelles technologies mises en œuvre et les résultats que ces nouveaux outils ont apportés afin de réduire leur consommation en énergie (eau, électricité, air comprimé) ainsi que la réutilisation de matières pour de nouvelles productions« , écrit le Medef Réunion dans un communiqué. OpenSphere, spécialiste de la sécurité des réseaux et des applications a conclu la matinée par la présentation du métier de Consultant en Cybersécurité, au regard de l’évolution de l’utilisation de l’outil numérique dans l’industrie.

Selon Didier Fauchard, Président de la Commission Ecole – Entreprise du Medef Réunion : « Les industriels réunionnais, pour répondre aux enjeux du développement durable, tout en améliorant leur productivité et leur qualité, doivent relever ces nouveaux défis et adapter leur mode de production et d’organisation. Le développement durable et le numérique sont donc des questions stratégiques pour l’avenir de l’industrie réunionnaise et doivent être au cœur de l’apprentissage des jeunes, quelle que soit l’orientation qu’ils prendront. »

 

Un centre de dialyse de grand standing à Saint-Denis

Le centre de dialyse Sodia Nord Delpra est ouvert sur le site de la clinique. Il a été inauguré ce jeudi soir par Jeanne Loyher, directrice régionale de la Société de dialyse Réunion-Mayotte.

Sodia Nord Delpra s’étale sur 1500 m2, avec une unité de soins de 28 postes. Jeanne Loyher a prévu une « salle du grand voyageur » pour les touristes qui ont besoin de ce type de soins, une réelle avancée pour la Réunion (Source Le JIR).

 

Bernard Siriex : « La demande de 3 % d’augmentation est irréaliste »

Au deuxième jour de grève dans le BTP, Bernard Siriex, président de la FRBTP, est venu exprimer la position du patronat en direct sur le plateau du 12h30 d’Antenne Réunion.

En savoir plus : http://www.linfo.re/la-reunion/societe/690857-bernard-siriex-la-demande-de-3-d-augmentation-est-irrealiste

http://www.clicanoo.re/517879-greve-du-btp-la-frbtp-explique-pourquoi-elle-ne-peut-augmenter-les-salaires.html

Antilles : Le CMA CGM Pointe des Colibris en service

Le troisième des quatre nouveaux navires de CMA CGM remplaçant les anciens Forts sur le service North Europe French West Indies (NEFWI) est en ligne. Le CMA CGM Pointe des Colibris est arrivé le 1er avril au Havre et a remonté la Seine le lendemain jusqu’à Rouen. Puis il a mis le cap sur Montoir-de-Bretagne, où il est arrivé hier. Il ralliera ensuite les Antilles, son arrivée à Fort-de-France, en Martinique, étant prévue le 13 avril. S’ajoutant aux CMA CGM Pointe du Diamant et CMA CGM Pointe Marin, le CMA CGM Pointe des Colibris naviguait auparavant sous le nom de Camellia. Mis en service en 2006 et exploité par CMA CGM depuis 2008, ce navire, immatriculé à Hong Kong, mesure 222 mètres de long pour 30 mètres de large. Capable d’atteindre 23 nœuds, il présente une capacité de 2824 EVP, avec 586 prises reefer.

 

Orange signe une charte « qualité réseau » avec le Département de La Réunion

 

L’opérateur historique Orange a signé il y a quelques jours une charte « qualité réseau » avec le Département et l’association des maires de La Réunion. Son objectif est de faciliter le dialogue entre l’opérateur et les collectivités locales pour améliorer l’efficacité des interventions sur la « boucle locale cuivre », partie du réseau téléphonique entre les répartiteurs téléphoniques et les abonnés. Cette charte facilitera le signalement de ces incidents. Orange est responsable de l’entretien du réseau de poteaux et de fils téléphoniques présents sur le domaine public qui lui appartiennent. L’opérateur a lancé une application interactive « Signal Réseaux » dédiée à la signalisation des dérangements.

BREVES

 

Arrivée de Gilles CANTAL au cabinet de la Ministre des Outre-mer et départ de Sophie ONADO pour LADOM

 

Gilles Cantal, préfet, chargé d’une mission de service public, ancien secrétaire général du haut-commissariat de la République en Polynésie française, ancien chef de cabinet de Raymond Barre à la mairie de Lyon, vient d’être nommé conseiller au cabinet de Mme George Pau-Langevin, ministre des Outre-mer. Sophie ONADO, qui était en charge de la Formation professionnelle et de l’emploi au cabinet de la Ministre des Outre-mer, devient Secrétaire Générale de LADOM.

Nouvelle Calédonie : le gouvernement accorde trois nouvelles autorisations d’exportation de minerai de nickel vers la Chine

Le gouvernement a autorisé la Société Le Nickel – SLN et la Société des Mines de la Tontouta à céder du minerai de nickel à des entreprises chinoises et japonaises. Ces décisions sont le résultat des négociations fructueuses qui ont eu lieu la semaine dernière entre le gouvernement, les rouleurs et les mineurs.

En savoir plus : http://www.ncpresse.nc/Le-gouvernement-accorde-trois-nouvelles-autorisations-d-exportation-de-minerai-de-nickel-vers-la-Chine_a5348.html

Projet de plate-forme Initiative Polynésie française

Le ministre de la Relance économique, Teva Rohfritsch, et le Président de la CCISM (Chambre de commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers), Stéphane Chin Loy, ont tenu, mardi 5 avril, une première réunion de lancement du projet de plate-forme Initiative Polynésie française. Cette réunion réalisée en présence des représentants des trois banques du territoire, de la SOFIDEP et de l’Agence Française de Développement, a eu pour objectif de présenter le projet de mise en place d’un nouvel outil d’accompagnement et de financement des entreprises en Polynésie française, s’intégrant bien entre les offres de microcrédits proposées par l’ADIE et celles destinées aux TPE / PME proposées par la SOFIDEP. Les travaux de création de cette plate-forme en Polynésie, menés conjointement par le ministère de la Relance économique et la CCISM, doivent se poursuivre au premier semestre 2016 pour une mise en place effective en septembre / octobre 2016.

http://www.ladepeche.pf/Projet-de-plate-forme-Initiative-Polynesie-francaise_a11529.html

 

LA FEDOM DANS LA PRESSE

 

« La Fedom : La coopération régionale, relance ou nouveau marronnier »

 

Lire la tendance de la FEDOM dans Antilla (Antilla, le 01.04.2016) : http://www.fedom.org/la-fedom-la-cooperation-regionale-relance-ou-nouveau-marronnier-antilla-le-01-04-2016/

 

LU DANS LA PRESSE

 

Risque requin : Le centre de gestion de La Réunion voit le jour

 

Officiellement, il se nomme Centre de ressources et d’appui (CRA) pour la gestion du risque requin et sera le guichet unique pour la mutualisation des moyens pour mieux gérer ce risque. Les membres du CRA se sont réunis ce mercredi 6 avril pour leur première Assemblée générale. Portée par une association, le CRA « disposera d’un budget total de 700 000 euros » affirme le préfet Dominique Sorain. Le CRA devrait également « recruter huit personnes d’ici la fin de l’année », estime quant à lui Nicolas le Bianic, chargé de mission pour le préfet sur la prévention du risque requin. Les statuts de cette nouvelle association ont été adoptés aujourd’hui par ses membres fondateurs ; l’Etat, la Région et les communes de Trois Bassins, Saint-Paul, Saint-Pierre et Saint-Leu. Ces derniers doivent encore se réunirent prochainement afin d’élire les membres du bureau du CRA. (Outremers 360)

En savoir plus : http://outremers360.com/societe/risque-requin-le-centre-de-gestion-de-la-reunion-voit-le-jour/

Tourisme : les dernières tendances

Les dernières données collectées par l’Observatoire du tourisme confirment les tendances de fond de notre tourisme : l’archipel est essentiellement fréquenté par des Français, en majorité des femmes, qui viennent en haute saison ou pendant les grandes vacances. (France-Antilles Guadeloupe)

http://www.fedom.org/tourisme-les-dernieres-tendances-france-antilles-guadeloupe-le-05-04-16/

Pour Karine Mousseau, « Alfred Marie-Jeanne est quelqu’un qui aime l’entreprise »

Présidente du Comité Martiniquais du Tourisme, Karine Mousseau entend faire du tourisme le fer de lance de la relance économique en Martinique. Récemment nommé secrétaire territoriale des Républicains, elle entend travailler en harmonie avec Fred-Michel Tirault, le président de la fédération, pour préparer au mieux les législatives de 2017. (France-Antilles, le 05.04.16)

http://www.fedom.org/alfred-marie-jeanne-quelquun-qui-aime-lentreprise-france-antilles-le-05-04-16/

Comment intégrer Saint-Pierre et Miquelon dans l’accord économique entre l’UE et le Canada ?

Durant cinq jours, une mission rencontre entrepreneurs et acteurs locaux du monde économique pour évaluer les forces et faiblesses de Saint-Pierre et Miquelon dans le cadre de la mise en place de l’accord économique et commercial entre l’Union Européenne et le Canada. Jean-Marie Paugam, conseiller spécial du directeur général pour les affaires internationales à la direction général du Trésor, est actuellement à Saint-Pierre et Miquelon. Il est à la tête d’une mission qui s’inscrit dans le cadre de l’accord économique et commerciale entre l’Union Européenne et le Canada. Un accord qui doit être signé par les 28 de l’Union pour entrer en vigueur. (St Pierre et Miquelon 1ère)

En savoir plus : http://la1ere.francetvinfo.fr/saintpierremiquelon/comment-integrer-saint-pierre-et-miquelon-dans-l-accord-economique-entre-l-ue-et-le-canada-347819.html

L’enquête sectorielle annuelle (ESA) est lancée

Entre avril et décembre 2016, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) réalise, l’enquête sectorielle annuelle (ESA) auprès des entreprises de l’industrie, de la construction, du commerce et des services. 3 000 entreprises sont concernées en Guadeloupe, 3 000 en Martinique et 1 200 en Guyane. L’ESA est l’enquête de référence qui doit permettre de disposer de statistiques sur les entreprises, et de disposer de données sur les principaux ratios financiers des entreprises, par taille et par secteur d’activité. Cette enquête permet aussi, d’élaborer chaque année, les comptes économiques régionaux et notamment d’évaluer la richesse produite et son évolution dans le temps à travers le calcul du produit intérieur brut (PIB). Un taux de réponse important est indispensable pour améliorer la qualité des statistiques d’entreprises. Pour l’enquête 2015, le taux de réponse est de 57 % pour les entreprises de Guadeloupe, 62 % pour celles de Martinique et 58 % pour celles de Guyane. A la Réunion, il atteint 75 %. En ce qui concerne le chiffre d’affaires (CA), les entreprises répondantes représentent 83 % du CA en Guadeloupe, 85 % en Martinique, 79 % en Guyane et 90 % à la Réunion.

Dans un objectif de simplification, le questionnaire de l’enquête a été allégé. Il n’est plus demandé aux entreprises enquêtées de transmettre à l’Insee les principaux éléments relatifs au compte de résultat ni au tableau des immobilisations. Pour produire et diffuser les statistiques relatives à ces éléments (chiffre d’affaires, résultat d’exploitation, etc.), l’Insee mobilise désormais les informations déjà envoyées par les entreprises à la Direction générale des finances publiques dans le cadre de l’annexe comptable de la liasse fiscale. Par ailleurs, la possibilité est désormais offerte aux entreprises de répondre par internet. Les informations collectées dans le cadre de l’enquête relèvent de la loi du 7 juin 1951 modifiée sur l’obligation, la coordination et le secret en matière de statistique. Ces informations, couvertes par le secret statistique, ne peuvent être transmises à quiconque.

http://www.caraibcreolenews.com/index.php/service-presse/item/5225-guadeloupe-l-enquete-sectorielle-annuelle-esa-en-guadeloupe-est-lancee

Nouvelle-Calédonie : les professionnels imaginent le tourisme de demain

A la suite des deux autres provinces, celle du Nord a organisé mardi des ateliers du tourisme. Un espace d’échanges entre professionnels du secteur pour poser les bases d’un prochain schéma de développement.

Propriétaires de gîtes, de camping, directeur d’hôtel ou organisateurs d’activités avaient fait le déplacement aux côtés du GIE Tourisme Nord ou des représentants d’Air Calédonie. Tous étaient invités à prendre la parole pour ces ateliers du tourisme. « Il s’agit de dresser un bilan et de mener une réflexion commune pour dégager des axes pour un nouveau schéma de développement touristique », explique Laurent Kasanwardi, directeur adjoint au développement local à la Direction du développement économique. Huit thèmes avaient été définis pour ces échanges fournis. (LNC)

En savoir plus : http://www.lnc.nc/article/nord/les-professionnels-imaginent-le-tourisme-de-demain

La Polynésie française « renoue avec la croissance », selon l’IEOM

L’économie polynésienne a « renoué avec la croissance » en 2015, même si elle reste fragile (1 à 1,5%), a indiqué jeudi l’Institut d’Emission d’Outre-mer (IEOM), qui joue le rôle de banque centrale dans les collectivités françaises de l’océan Pacifique (LEXPRESS).

http://lentreprise.lexpress.fr/actualites/1/actualites/la-polynesie-francaise-renoue-avec-la-croissance-sdelon-l-ieom_1780650.html

Biodiversité : Les îles Australes unies pour leur aire marine protégée

Venus des cinq îles de l’archipel des Australes en Polynésie française, maires, élus, pêcheurs et instituteurs entre autre, ont présenté et défendu leur projet de grande réserve marine auprès d’institutions politiques et économiques, sur l’île principale de Tahiti.

L’aventure débute en 2014, les maires des cinq îles de l’Archipel des Australes (Rimatara, Raivavae, Rurutu, Tubuai et Rapa), situé au sud de la Polynésie française, signaient une délibération affirmant leur volonté de créer une aire marine protégée (AMP) nommée Rahui Nui no Tuha’a Pae (« Tuha’a Pae » étant le nom polynésien de l’archipel). Grâce à l’appui de la branche polynésienne de l’ONG Pew, le projet est aujourd’hui sur pied et des concertations ont déjà eu lieu avec les habitants de l’archipel afin de défendre l’utilité d’une AMP aux Australes. En retour, les habitants ont exposé leurs inquiétudes face à la pêche industrielle d’après Radio 1 Tahiti. Pour ce projet, quatre objectifs ont été établis ; préserver les ressources, développer la pêche côtière face à la pêche industrielle, valoriser le patrimoine culturel et environnemental et développer l’écotourisme. Ce projet veut aussi sensibiliser la population à la préservation de l’environnement et surtout, promouvoir le retour à la culture du Rahui. (Outremers 360)

A la découverte de l’écosystème entrepreneurial de La Réunion

Olivier Ezratty, expert du site FrenchWeb, était à la Réunion.

Retrouvez ses impressions sur l’écosystème entrepreneurial de l’Ile : http://www.frenchweb.fr/ala-decouverte-de-lecosysteme-entrepreneurial-de-la-reunion/236873

Alain Juppé en visite aux Antilles et en Guyane

A travers ses visites, Alain Juppé qui est accompagné par l’ancien ministre des DOM-TOM, Dominique Perben, a pu noter quelques points clés que son programme présidentiel pourra développer pour l’Outre-mer.

http://www.martinique.franceantilles.fr/actualite/politique/economie-art-et-patrimoine-menu-de-la-1re-journee-d-alain-juppe-353207.php

http://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/alain-juppe-presente-son-programme-pour-2017-347941.html

 

JOURNAL OFFICIEL

JO du 5 avril

Arrêté du 30 mars 2016 portant nomination au cabinet de la ministre des outre-mer

JO du 6 avril

Arrêté du 25 mars 2016 modifiant l’arrêté du 31 janvier 2011 relatif aux modalités de versement des ressources des établissements de santé de Guyane mentionnés aux a et b de l’article L. 162-22-6 du code de la sécurité sociale par les caisses d’assurance maladie mentionnées à l’article R. 174-1 du code de la sécurité sociale

JO du 8 avril 2016

Rapport au Président de la République relatif à l’ordonnance n° 2016-415 du 7 avril 2016 relative à l’économie sociale et solidaire dans le Département de Mayotte

Ordonnance n° 2016-415 du 7 avril 2016 relative à l’économie sociale et solidaire dans le Département de Mayotte

Arrêté du 6 avril 2016 portant nomination au cabinet de la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité réelle (Mme Shérazade LAHMERI, Conseillère en charge de la lutte contre les discriminations).

Arrêté du 6 avril 2016 portant nomination au cabinet de la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité réelle (Conseillère technique éducation fonction publique et territoires  Mme Emilie AGNOUX)

Décret du 7 avril 2016 portant nomination du secrétaire général de la préfecture de Saint-Pierre-et-Miquelon – M. LAZRAK (Afif)

Arrêté du 6 avril 2016 portant nomination au conseil d’administration de la Société immobilière de Mayotte (SIM)

social position

Partager cet article