La lettre d’information hebdomadaire N° 164 du lundi 11 mai 2015

La lettre d’information hebdomadaire N° 164 du lundi 11 mai 2015

TENDANCE

Une visite présidentielle entre reconnaissance, déceptions et espérances…

La visite du Président de la République François Hollande aux Antilles était principalement axée sur les dossiers de coopération régionale (Sommet Caraïbe Climat 2015) et sur les questions mémorielles, avec l’inauguration du Mémorial ACTe promu par le Président de la Région Guadeloupe Victorin Lurel.

Pour autant, les questions économiques n’ont pas été ignorées, entre rencontres plus informelles en Martinique ou petit-déjeuner de travail avec les chefs d’entreprise guadeloupéens le 10 Mai.

L’occasion pour les milieux économiques de rappeler que les Outre-mer souffrent, encore et toujours, de retards, de blocages, et de dysfonctionnements, parfois hélas synonymes de tracasseries bureaucratiques…alors que la vocation de l’administration devrait être d’aider les entreprises à investir, créer de la valeur et, in fine, des emplois durables. Les politiques publiques, Outre-mer, demeurent trop marquées par l’objectif (l’obsession ?) de consolidation budgétaire. Il manque encore une ambition, une vision claire du développement des DCOM qui serait résolument orientée vers la croissance et particulièrement les secteurs d’avenir (R&D, économie maritime, énergies renouvelables).

On attendait, dès lors, que le Président de la République s’engage très vigoureusement sur ce terrain économique et annonce qu’un texte législatif serait adopté avant la fin de la législature actuelle pour succéder à la LODEOM, dont les principales dispositions arrivent à terme fin 2017. Cette « LODEOM II » pouvant comprendre un volet relatif à l’ « égalité réelle » DCOM / métropole, thème porté par le Président du CREFOM Patrick Karam, qui faisait partie de la Délégation présidentielle.

Las, si le Président a bien évoqué une loi sur l’égalité réelle, il s’est bien gardé de donner une date, préférant évoquer un « délai raisonnable, sans doute plusieurs années ». Certes, Victorin Lurel est investi d’une mission parlementaire visant à «définir les contours de l’égalité réelle », mais on aurait aimé que le Président pousse un peu plus les feux. Certains objecteront que rien n’interdit que la loi soit votée avant 2017…avec des objectifs étalés dans le temps. Acceptons en l’augure et réjouissons nous donc de cette annonce car, comme le souligne le CREFOM, « Cette exigence d’égalité réelle, la France la doit à l’outre-mer. C’est aussi son intérêt. Il ne saurait y avoir de territoires durablement délaissés« 

Pour résumer, les Ultra-marins sont reconnaissants pour les avancées obtenues, encore déçus par les blocages récurrents, et donc animés par une espérance prudente, bienveillante mais vigilante. Encore un effort, Monsieur le Président !…

DU COTE DU PARLEMENT

Deux Sénateurs de Polynésie française ont été élus

M. Nuihau Laurey, Vice-président de la Polynésie française, et Mme Lana Tetuanui, membre du Tahoeraa Huiraatira ont été élus sénateurs de Polynésie française à la suite d’élections sénatoriales partielles organisées dimanche dernier. Ils étaient soutenus par le Président de la Polynésie française, M. Edouard Fritch.

M. Nuihau Laurey, né en 1964, est l’actuel vice-président de la Polynésie française, chargé de l’Economie et des finances, du Budget, de la Fonction publique, des Entreprises, de l’Industrie et de la Promotion des exportations.

Mme Lana Tetuanui, âgée de 44 ans, est membre historique du Tahoeraa.

Le Député Ibrahim Aboubacar interpelle le Gouvernement sur la pêche à Mayotte

A l’occasion de la séance des questions orales au Gouvernement du 5 mai dernier, le député de Mayotte, Ibrahim Aboubacar, a interpellé Alain Vidalies, le secrétaire d’État chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur les difficultés que rencontre le secteur de la pêche et de l’aquaculture à Mayotte. Dans sa réponse, le secrétaire d’État, revient en particulier sur la professionnalisation et l’accompagnement de la flotte de pêche mahoraise en vue de sa mise aux normes.

Pour en savoir plus, lien vers la réponse complète du Ministre au Député :

Le sécrétaire d’Etat chargé de la pêche répond au député Aboubacar

COUR DES COMPTES

Publication d’un rapport sur le BRGM 

La Cour des comptes a publié le 27 avril un rapport particulier sur le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), Etablissement Public Industriel et Commercial de l’Etat présent dans les cinq DOM et en Nouvelle-Calédonie. Les magistrats de la rue Cambon se sont particulièrement intéressés à la géothermie, vouée à être développée en Guadeloupe à l’horizon 2020-2030, identifiée comme une composante majeure de la stratégie régionale de diversification du mix électrique.

En effet, cette ressource cumule les atouts d’un fort taux de disponibilité et d’un coût de production plus faible que les filières conventionnelles de production électrique. » (Schéma Régional Air Climat Energie). Et selon la Cour : « Le processus de transfert de la propriété et de la gestion de l’entreprise Géothermie Bouillante à un industriel privé doit être relancé, sans engagement majoritaire de crédits publics dans sa capitalisation ou dans le projet Bouillante 3 ».

Commentaire FEDOM : Eu égard aux potentialités de la géothermie dans les DOM, le projet de loi « Transition Energétique » a vocation à mettre en place une stratégie nationale de développement de la filière (cf. LH n°155). Un soutien public substantiel s’avère donc pertinent et nécessaire. Il pourrait prendre la forme d’un soutien de la Banque Européenne d’Investissement (BEI), dans le cadre du « Plan Juncker » et/ou de PROPARCO (AFD). Le coût du projet «Bouillante 3 » s’élève à près de 100 M. €.

Consulter le rapport et les réponses du BRGM et du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche :

https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Le-bureau-de-Recherches-Geologiques-et-Minieres

VIE DE LA FEDOM

Rencontre avec le Président des Entreprises Publiques Locales (EPL)

La FEDOM a rencontré le 6 mai au Sénat le sénateur Jacques CHIRON, Président de la Fédération des Entreprises Publiques Locales (EPL) afin d’envisager un possible partenariat sur des problématiques communes, notamment le logement.

Commentaire FEDOM : Les EPL représentent  aujourd’hui un acteur incontournable de l’activité économique des outre-mer avec près d’une centaine d’établissements (97 en juin 2014 ; 19 sont en projet). Les EPL outre-mer qui représentent 8 % des EPL françaises, sont présentes à tous les étages de la vie économique et sociale de 10 territoires ultramarins sur 11. On compte notamment 30 EPL à La Réunion, 23 en Nouvelle-Calédonie et 14 en Polynésie française.

En 2014, 8 280 personnes travaillaient dans les EPL ultra-marins, soit 13,7 % d’un total national de 60 554. Le chiffre d’affaire cumulé des EPL des DCOM est pour sa part de 1,72 Md. €, soit 13,9 % du total français.

SAVE THE DATE – Conférence économique sur le Pacifique jeudi 25 juin 2015 au Sénat

Une conférence économique sur les entreprises et les dynamiques sectorielles des collectivités françaises du Pacifique est organisée, sous le haut patronage de M. Gérard Larcher, Président du Sénat, par la Délégation sénatoriale à l’outre-mer en partenariat avec les chambres de commerce de Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Wallis-et-Futuna et la Fédération des entreprises d’outre-mer (FEDOM) au 15, rue de Vaugirard 75006 Paris (9h00 – 19h00).

Renseignements au 01.42.34.20.43

Inscriptions en ligne fin mai 2015 sur le site de la délégation :

http://www.senat.fr/commission/outre_mer/index.html

En savoir plus :

http://www.fedom.org/save-date-conference-economique-sur-les-entreprises-dynamiques-du-jeudi-25-juin-2015-au-senat/

Lire le carton d’invitation : save_the_date

Tableau de bord

Consultez le dernier Tableau de bord de la FEDOM mis à jour au 07 Mai 2015, avec l’actualisation de données relatives aux COM en matière d’illettrisme, de retards scolaires et d’apprentissage (source : Avis 2015-05 du CESE sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes ultra-marins). Les difficultés de lecture s’amplifient dans trois DOM sur cinq et atteignent près de la moitié des jeunes en Guyane et plus des trois quarts à Mayotte contre un dixième en moyenne nationale.

Un nouveau tableau est par ailleurs disponible, portant les engagements de l’Agence Française de Développement (AFD) dans les DCOM. Les prêts, garanties et participations de l’AFD ont plus que doublé, Outre-mer, en une dizaine d’années. Avec 1,55 Md. € en 2014, ils représentent près de 3 % du PIB cumulé des onze DCOM.

Pour en savoir plus (commentaires et TDB) :

http://www.fedom.org/tableau-de-bord-fedom-mis-a-jour/

 

VIE DES ADHERENTS

Les pistes de la CGPME pour le développement économique de Mayotte (Le Journal de Mayotte du 05.05.2015)

Pour éviter que soit imposé un modèle hexagonal en remplacement de la LODEOM de développement des Outre-mer, la FEDOM a initié une réflexion pour que chaque territoire ultramarin travaille sur son développement propre. La CGPME livre ses pistes. La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises de Mayotte a participé le 10 avril dernier à Paris à l’Assemblée Générale de la FEDOM (Fédération des Entreprises des Départements d’Outre-Mer). Il a été décidé à cette occasion que les organisations représentant les entreprises de chaque DOM se mobilisent au cours des prochains mois pour proposer au gouvernement des dispositifs de soutien au développement économique des Outre-Mer, en remplacement de la LODEOM qui arrive bientôt à échéance.

Un cycle de travail collectif sera ensuite engagé avec l’appui de la FEDOM à Mayotte à compter de cet été.

Pour en savoir plus :

http://www.fedom.org/les-pistes-de-la-cgpme-pour-le-developpement-economique-de-mayotte/

Communiqué de presse du MEDEF Guyane et de la FRBTP qui s’unissent pour alerter sur le décrochage de l’économie guyanaise

« Le MEDEF Guyane et la FRBTP se sont rencontrés afin d’échanger leur point de vue sur les difficultés actuelles relevées dans le secteur du BTP et pointer les freins qui conduisent au marasme économique actuel. Le constat est sans appel : la dégradation de l’économie guyanaise s’accélère et impacte l’emploi. Les principales causes en sont :

  • Baisse de la commande publique et discontinuité de l’environnement des entreprises. Les entreprises ont de plus en plus de difficultés pour obtenir des permis et des financements, les réglementations sont de plus en plus complexes et strictes…
  • Les délais de paiements des collectivités publiques toujours aussi longs mettent à mal la trésorerie des entreprises qui se retrouvent bien souvent en situation de cessation de paiement. Elles n’ont pas à supporter les carences de l’Etat et des Collectivités !
  • Des procédures administratives excessives très contraignantes, parfois mesquines, toujours fastidieuses empêchent les chefs d’entreprises de se consacrer pleinement à leur véritable métier. Ils sont las d’attendre  l’improbable choc de simplification promis depuis trop longtemps !
  • Des prélèvements trop lourds pèsent sur les entreprises dans l’incapacité d’investir, d’embaucher et de définir leur stratégie pour l’avenir. Pendant ce temps, la loi Macron, censée favoriser la croissance, continue de faire toujours débat au Parlement !
  • L’informel et le travail illégal gangrènent l’économie guyanaise. Ce fléau nuit à l’emploi, déjà précaire, et génère une concurrence déloyale entre les entreprises. Les pouvoirs publics et donneurs d’ordre favorisent cet état de fait en privilégiant les meilleurs offrants au détriment du prix de revient légal des salariés.

Pour en savoir plus :

http://www.fedom.org/communique-de-presse-le-medef-guyane-la-frbtp-sunissent-pour-alerter-sur-le-decrochage-de-leconomie-guyanaise/

BREVES

Lancement d’un FIP dédié à l’Outre-mer

Inter Invest annonce le lancement du FIP INTER INVEST ISF 2015, nouvelle solution d’investissement dédiée aux particuliers soumis à l’ISF. En capitalisant sur son expertise du financement de l’outre-mer, Inter Invest apporte une alternative au crédit bancaire auprès de PME industrielles ou de services qui exercent leur activité dans les 2 principales zones géographiques des DOM.

Martinique : -9,8 % de touristes en haute-saison 2014/2015 entre novembre 2014 et mars 2015

Le Comité Martiniquais du Tourisme fait état d’un recul de près de 10 % de la fréquentation touristique pendant la haute saison 2014/2015. Elle résulte essentiellement de la baisse des capacités aériennes entre Paris et Fort-de-France par rapport à la même période en 2013/2014.  Avec 718 842 visiteurs, la fréquentation touristique de la Martinique a progressé de 11,1 % en 2014-2015, annonce le Comité Martiniquais du Tourisme.

Parmi eux, l’archipel a accueilli 523 912 touristes de séjour. Un chiffre stable par rapport à 2013-2015 malgré un recul du nombre d’arrivées de 9,8 % en haute saison entre novembre 2014 et mars 2015.

Une baisse qui s’explique notamment par une diminution de la capacité aérienne entre Paris et Fort-de-France : -10,1 % sur la haute saison par rapport à la même période un an plus tôt.

L’aéroport international Martinique Aimé Césaire fait, toutefois, état d’un trafic passagers stable (-0,08%) avec un total de 1 684 879 arrivants. Il s’agit de son 5e meilleur résultat de trafic annuel depuis 2000.

Du côté de la croisière, 190 320 croisiéristes ont débarqué en Martinique en 2014/2015, soit 40,8 % de plus qu’en 2013/2014.

Pour la basse saison, le Comité se montre optimiste. Il table sur une progression de 4,5 % de la fréquentation entre mai et juillet 2015. Une estimation basée sur les réservations en agences 3 mois avant le départ.

Guadeloupe, l’archipel à la relance

Depuis les mouvements sociaux de 2009, la destination tente de reconquérir ses clients. Si elle conserve d’indéniables atouts balnéaires, elle mise sur sa diversité pour intéresser les touristes à ses paysages, son Histoire et sa culture, partagés entre cinq îles différentes. Le tout sur fond d’écotourisme émergent.

Desservie par des prix élevés et une image d’accueil dégradée – accompagnés du départ du groupe hôtelier Accor, la région a dû revoir sa stratégie. Elle mise désormais sur la formation des acteurs touristiques pour redorer le blason du service et promeut une offre teintée d’écologie pour intéresser le visiteur à son patrimoine.

Randonnées en forêt et plongée, communication autour du Mémorial ACTe en 2015, la Guadeloupe mise sur sa diversité pour attirer les touristes.

En savoir plus : http://www.tourmag.com/Guadeloupe-l-archipel-a-la-relance_a73782.html

Colloque sur l’innovation sociale dans les TPE et PME en Guadeloupe

L’Aract Guadeloupe et le Fonds social européen ont financé un projet de recherche intitulé « Management, innovation sociale et performance des entreprises : étude comparative à partir de l’Outremer français ». Un colloque s’est tenu les 5-6 mai à l’Université de Guadeloupe afin d’identifier les meilleures pratiques socialement innovantes. Il ressort des travaux qu’un vaste champ reste à investir afin de favoriser le travail en réseaux, revisiter l’image de l’entreprise et de l’innovation, conforter les outils des politiques publiques dans l’intégration des dimensions autres que technologiques et renforcer l’appui opérationnel aux entreprises.

Précisions sur le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) dans les DOM

Un arrêté récent a adapté les caractéristiques techniques exigées des matériaux d’isolation thermique des parois opaques pour les logements situés dans DOM, fortement exposés à la chaleur. Dans une instruction, l’administration fiscale précise qu’en cas d’acquisition de tels matériaux (murs, toitures), aucune condition liée à l’ampleur des travaux réalisés (pourcentage de la surface des parois vitrées ou opaques isolées) n’est exigée.

On rappellera que, suite aux avancées obtenues en LFI 2015 avec le soutien de la FEDOM, de nouveaux équipements, matériaux ou appareils sont éligibles au CITE, pour les dépenses payées depuis le 1er septembre 2014 : pour les seuls logements situés dans les cinq DOM : (i) les équipements de raccordement à un réseau de froid alimenté majoritairement par du froid d’origine renouvelable ou de récupération, (ii) les équipements ou matériaux de protection des parois vitrées ou opaques contre les rayonnements solaires, ainsi que (iii) les équipements ou matériaux visant à l’optimisation de la ventilation naturelle (brasseurs d’air fixes).

Pour consulter les textes (arrêté et BOFIP) :

http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000030296510

http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/3883-PGP.html?identifiant=BOI-IR-RICI-280-20150422

Publications de l’AFD sur les vulnérabilités économiques Outre-mer

L’AFD publie une étude sur les vulnérabilités comparées des économies ultramarines et des petits Etats insulaires (vulnérabilité économique et au changement climatique).

Pour consulter la publication :

http://www.afd.fr/webdav/site/afd/shared/PUBLICATIONS/RECHERCHE/Scientifiques/Documents-de-travail/145-document-travail.pdf

BPCE : évolution du dispositif Outre-Mer

Le Groupe BPCE annonce la signature d’un accord concernant l’évolution de son dispositif en Outre-Mer zone euro via la cession de l’intégralité des participations de BPCE International et Outre-Mer (BPCE IOM) au sein de la Banque de La Réunion, de la Banque des Antilles Françaises et de la Banque de Saint-Pierre-et-Miquelon à la Caisse d’Epargne Provence-Alpes-Corse (CEPAC).

Sa réalisation, soumise à l’accord des autorités de tutelle, devrait intervenir dans le courant du second semestre 2015. François Pérol, président du directoire du Groupe BPCE, précise : « Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique Grandir Autrement, permettra de structurer la présence du Groupe en Outre-Mer zone euro autour de ses deux grands réseaux : les Banques Populaires et les Caisses d’Epargne« .

Le problème des algues sargasses s’amplifie

Nous avons évoqué, à plusieurs reprises dans nos lettres hebdomadaires, le problème des algues sargasses qui envahissent les plages et les littoraux de la Martinique, et à présent de la Guadeloupe.

De nombreux parlementaires sont intervenus sur ce sujet lors des questions au gouvernement. Cette semaine, c’est le journal LE MONDE qui consacre un article à ce phénomène qui pénalise fortement tous les secteurs d’activité, au premier rang desquels le tourisme.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pollution/article/2015/05/06/les-algues-sargasses-envahissent-les-antilles_4628480_1652666.html#emp6IVdSboxadOWr.99

JOURNAL OFFICIEL

JO du 7 mai

Arrêté du 5 mai 2015 autorisant au titre de l’année 2015 l’ouverture d’un recrutement sans concours d’adjoints administratifs de 2e classe de l’Etat pour l’administration de la Polynésie française.

JO du 8 mai

Arrêté du 30 avril 2015 fixant pour l’année 2015 un total admissible de captures de crabe des neiges dans les eaux sous souveraineté ou juridiction française au large des côtes de Saint-Pierre-et-Miquelon

JO du 10 mai

Arrêté du 6 mai 2015 portant nomination au conseil de surveillance de l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) en qualité de représentants de l’Etat au titre du ministre chargé des outre-mer :

M. Alain ROUSSEAU, directeur général des outre-mer, titulaire.

M. Marc DEL GRANDE, sous-directeur de la sous-direction des politiques publiques à la direction générale des outre-mer, suppléant.

social position

Partager cet article