Le Medef de Nouvelle-Calédonie condamne la méthode de lutte contre la vie chère

Le Medef de Nouvelle-Calédonie condamne la méthode de lutte contre la vie chère

Le Medef de Nouvelle-Calédonie a vivement dénoncé jeudi la méthode choisie par les autorités locales pour lutter contre la vie chère et a décidé de suspendre tous ses mandats paritaires.

« On discute de questions économiques, qui nous concernent et on en est exclus. Il y a un mépris et un manque de respect de la part des institutions« ,  a déclaré Daniel Ochida, co-président du Medef.

En septembre 2011, une commission spéciale « vie chère » a été mise en place  au Congrès. Elle regroupe les organisations syndicales salariées  représentatives, qui ont fait du pouvoir d’achat leur cheval de bataille, ainsi  que les élus mais pas le patronat.

L’objectif de cette commission est d’aboutir d’ici le 31 mai à des accords  économiques et sociaux, permettant de réformer en profondeur le système  économique et fiscal de la Nouvelle-Calédonie.

« Les entreprises demandent qu’une commission avec les acteurs économiques  soit créée. D’ici là, nous suspendons notre participation à tous les mandats et  toutes les négociations dans lesquels nos organisations sont engagées« , a  indiqué le Medef.

La colère des patrons a été déclenchée par un communiqué du président  indépendantiste du Congrès, Roch Wamytan, qui a annoncé mardi des mesures  fortes telles que le gel du salaire des fonctionnaires, un impôt sur les plus  values immobilières, une loi anti-trust ou encore une limitation du salaire des  gérants d’entreprise.

Or, ces mesures n’ont pas été validées par tous les membres de la  commission « vie chère » et le Medef les conteste.

Les propositions de M. Wamytan ont en outre relancé la polémique sur la  coalition au pouvoir, dans laquelle sont alliés le Rassemblement-UMP, une  formation de droite minoritaire et deux partis indépendantistes.

Alors que le président du gouvernement, Harold Martin (droite), s’est  distancé des options du président du Congrès, le parti d’opposition Calédonie  Ensemble (CE) a dénoncé « la cacophonie et le désordre institutionnel ».

« C’est d’autant plus regrettable que la lutte contre la vie chère est une  préoccupation majeure des Calédoniens« , a déploré CE dans un communiqué.

social position

Partager cet article